Influenza aviaire hautement pathogène : mesures de biosécurité et déclaration de détention d’oiseaux

Depuis décembre 2021, des mesures de surveillance et de précaution ont été mises en place au niveau national au regard de la forte dynamique de circulation dans la faune sauvage du virus de l’influenza aviaire hautement pathogène. La situation a évolué avec de nombreux foyers déclarés dans le Sud-Ouest. Aujourd’hui, des cas sont apparus dans les départements limitrophes de l’Aveyron (Tarn, Cantal et Lot).

De ce fait :

  • Il est demandé d’enfermer les volailles de basses-cours (des particuliers et des exploitants agricoles) dans des bâtiments agricoles ou, à défaut, de restreindre la taille de leurs parcours et de les protéger par des filets de telle sorte à limiter les risques de contacts avec la faune sauvage. Une déclaration doit être faite auprès de la mairie par tous les détenteurs de volailles (Cf. CERFA ci-annexé).
  • Les rassemblements d’oiseaux, y compris sur les marchés aux volailles vivantes, sont interdits (sauf dérogation). Il en va de même pour la participation d’oiseaux à des rassemblements dans d’autres départements et les compétitions de pigeons voyageurs.
  • Sont également interdits l’utilisation d’appelants dans le cadre de la chasse au gibier d’eau ainsi que les transports et lâchers de gibiers à plume.
  • Pour les éleveurs de volailles professionnels, des dispositions particulières sont également applicables en complément des mesures de biosécurité.

Les mesures concernant la faune sauvage continuent de s’appliquer. Il convient d’éviter de fréquenter les zones où stationnent des oiseaux sauvages, y compris en leur absence, du fait de la possible présence de virus dans les fientes et les sols souillés. Tout contact avec les oiseaux sauvages, morts ou vivants, est donc à proscrire.

 

En cas de découverte de cadavres d’oiseaux sauvages (cygnes, canards, oies, mouettes, goélands, poules d’eau, foulques, râles), contacter rapidement les animateurs du réseau SAGIR. Pour les autres espèces, seules les mortalités groupées (au moins 3 oiseaux morts trouvés simultanément dans un rayon de 500 mètre sur une semaine) doivent être signalées.

CERFA-Déclaration-détention-oiseaux